• SCoT du Nord-Ouest Vendée : un mode de développement à repenser

    Porté par le syndicat mixte Marais-Bocage-Océan, le projet de Schéma de cohérence territoriale (SCoT) du Nord-Ouest Vendée est un document d’urbanisme qui vise à mettre en cohérence l'ensemble des politiques de l’habitat, de mobilité, d’aménagement commercial, d’environnement et du paysage. Sa mise en œuvre s’étendra jusqu’à 2030. Dans le cadre de l’enquête publique qui vient de s’achever, France Nature Environnement Vendée a émis un avis défavorable. Explications.

    SCoT du Nord-Ouest Vendée : un mode de dévelopement à repenser

    Enjeux environnementaux, d'équilibre et d'aménagement
    (représentation cartographique extraite du rapport de présentation).

    D’une manière générale, ni l’équilibre ni la durabilité ne peuvent donc être assurés dans le cadre actuel. Il était attendu que le SCoT restructure l’action territoriale en visant la recherche de nouveaux équilibres entre le productif, le social et l’écologique, au terme d’une réflexion globale s’affranchissant d’une approche strictement sectorielle. A contrario, entériner comme le fait le projet un système d’organisation territoriale entre un espace littoral attractif pour les retraités, et le rétro-littoral où familles et actifs sont appelés à résider, ne peut qu’interroger. 

    Alors que le syndicat mixte Marais-Bocage-Océan avait la possibilité d’intégrer un volet valant « schéma de mise en valeur de la mer », il en a décidé autrement. On ne peut que regretter ce choix : l’importance de l’environnement marin et des activités liées à la mer et au littoral dans ce territoire, avec des enjeux aussi essentiels que la préservation ou la reconquête de la qualité des eaux côtières soumises aux pressions venant du bassin versant, aurait justifié un approfondissement et une mise en cohérence de fait reportés à une révision ultérieure.

    Les orientations proposées sont par ailleurs non conformes à la loi Littoral.

    Après avoir écarté plusieurs scénarios de développement porteurs d’« effets indésirables sur les ressources du territoire « en raison d’une progression trop importante de la « charge anthropique », le syndicat mixte Marais-Bocage-Océan a décidé d’une stratégie basée sur la poursuite de la croissance démographique basée sur l’économique. Les « effets indésirables » liés à la progression ainsi programmée de la charge anthropique seront bien évidemment au rendez-vous…

    Le choix d’une stratégie visant à « créer les conditions d’une sortie de crise pour le territoire », en référence à la crise économique de 2008, imprègne le projet d’une vision tournée vers un passé à prolonger, vision qui n’est pas de nature à prévenir les crises à venir dans un contexte de changements globaux accélérés (environnementaux et sociétaux).

    Repenser le mode de développement de ce territoire implique de considérer que son « capital environnemental » est à préserver, ce qui ne peut se faire sans se fixer des limites raisonnées en termes de développement.

    « Sécheresse et restrictions d’eau en Vendée : une régulation incohérente et insuffisanteDéclaration d'utilité publique du projet de port de Brétignolles : FNE Vendée prépare un recours »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :