• Puits d'Enfer : des enjeux qui reviendront tôt ou tard

    Trois Sablais sur dix se sont déplacés, et ont très majoritairement dit non à la délocalisation d’1,5 km de route littorale. Mais c’est tout le projet ambitieux du Conservatoire du Littoral, dont la route n’était qu’un élément, qui est rejeté au terme de la consultation du 23 juin aux Sables d’Olonne.

    Puits d'Enfer : des enjeux qui reviendront tôt ou tard

    La revendication du maintien de la circulation automobile en bord de mer a prévalu sur toute discussion autour des enjeux réels de ce projet : restauration cohérente de milieux naturels fortement dégradés alors que la perte de biodiversité est l’objet d’une alerte mondiale ; prise en compte des risques naturels littoraux répondant à l’élévation inéluctable du niveau océanique ; accueil et information du public avec respect de « zones de quiétude » pour les espèces de flore et de faune caractéristiques de ces milieux rares.

    France Nature Environnement Vendée prend acte de ce résultat et invite les nombreuses bonnes volontés qui se sont mobilisées en faveur d’une vision différente de l’avenir à maintenir leurs actions. Dans le contexte aggravant du changement climatique, les sujets écartés de la discussion reviendront tôt ou tard au premier plan. Protéger la végétation des  hauts de falaise pour retarder l’érosion continentale, accepter l’érosion marine quand elle s’imposera, revoir la place de la voiture dans la cité : nous n’y échapperons pas.

    Les réponses à apporter ne pourront pas toujours miser sur le statu quo.

    « Pourquoi voter OUI à la consultation sur le projet de renaturation du Puits d’EnferSur la plage, venez découvrir les secrets de la « laisse de mer » »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    ISABELLE KAISER
    Mardi 25 Juin à 16:17
    Nous ne baisserons pas les bras...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :