• Le 29 février 2010, la Vendée se réveillait en état de sidération : 29 morts à la Faute-sur-Mer, sans compter les 12 000 hectares de terrains submergés dans les zones côtières du département.

    L’ampleur de la catastrophe aurait dû balayer le déni quasi général des risques côtiers. Pourtant, au terme de la décennie qui vient de s’écouler, leur réalité n’est pas perçue partout, alors même qu’ils s’accroissent mécaniquement en raison d’une part de l’accélération de la hausse du niveau de la mer, et d’autre part d’un développement insuffisamment maîtrisé de l’urbanisation du littoral.

    Dix ans après Xynthia : en finir avec le déni du risque ?

    La Faute-sur-Mer affiche avec fierté ses digues réhabilitées. 

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • En application d'une instruction du ministère de l'écologie de 2015, les services de l'État doivent procéder à un inventaire des cours d'eau sous la forme d'une cartographie mise à jour régulièrement au fur et à mesure de l'avancée des travaux.

    Il s'ensuit une dérive qui aboutit à ne plus protéger l'ensemble du réseau hydrographique contre les épandages de pesticides... Illustration dans le Marais Poitevin : 

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • En février, la Coordination pour la défense du Marais Poitevin prend le chemin des marais communaux, dans le cadre de la Journée mondiale des Zones humides.

    Espaces dédiés au partage des ressources au service des communautés riveraines, les marais communaux ont connu des trajectoires diversifiées au cours des décennies. Si certains font perdurer des pratiques pastorales, d'autres ne se distinguent plus guère des espaces avoisinants, après avoir connu la parcellisation. Mais d'amont en aval du Marais Poitevin, les communaux du Marais Poitevin continuent de peupler les mémoires : du tirage au sort des terrains à mogettes à l'arrivée des troupeaux dans les vastes prairies subsaumâtres si riches de biodiversité, une idée forte s'attache à ces paysages, celle du commun.

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • La semaine dernière, le juge des référés du tribunal administratif de Nantes a rejeté un recours visant à suspendre l’autorisation environnementale du projet de port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer. Cette ordonnance de référé ne préjuge en rien de ce qui sera décidé au fond par la justice. Les associations de protection de l’environnement*, dont les arguments n’ont pas encore été examinés, appellent de nouveau à ce qu’un moratoire soit acté.

    À Brétignolles-sur-Mer, la contestation juridique ne fait que commencer

    Le juge des référés du tribunal administratif de Nantes
    a rejeté la demande de suspension de l'autorisation environnementale du projet de port.
    Plusieurs recours restent à juger sur le fond.

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Alors qu’un second rassemblement citoyen est prévu à La Roche-sur-Yon samedi 19 octobre pour protester contre le projet de port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer, les associations de protection de la nature et de l’environnement appellent le préfet de la Vendée à déclarer un moratoire sur ce projet d’un autre temps. Le temps est à l’apaisement et au dialogue, les conditions de mise en oeuvre du projet étant tout sauf réunies.

     

    Port de plaisance de Brétignolles sur Mer : un moratoire s’impose

    Début octobre 2019 : la communauté de communes entreprend le défrichage du site
    « afin d’éviter la présence d’oiseaux nicheurs dans la zone de travaux pendant la construction du port »,
    ainsi que le « déplacement d’un stock de 9 500 m3 de sable » pris sur la dune (Photo : La Vigie).

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique